Impression des ouagalais

De façon générale, les populations apprécient les prestations rendues par les différents acteurs de la vie politique et économique. Elles déplorent juste le nombre insuffisant des interventions dans l’année des services du développement rural principalement basés sur l’agriculture et l’environnement.
C’est principalement pour ces raisons que quelques ONG apportent leurs contributions pour soutenir les populations dans leurs efforts de développement. La contribution des populations existent aussi et se concrétisent par la création d’organisations pour l’entraide dans les activités de production agricoles et d’intérêts communautaires.

Les villages ont une multitude d’organisations traditionnelles et modernes. Chaque structure tente de jouer son rôle d’acteur de développement avec ou sans partenaire extérieur tout en surmontant autant que possible les obstacles financiers, organisationnels et humains.

Dans le cadre du développement local la maîtrise d’ouvrage doit impérativement être assurée par une organisation locale, représentative, compétente et légale. Mais l’exercice de cette maîtrise d’ouvrage par les populations peut naître de la collaboration de sources extérieures ayant déjà réalisées ce genre de projet, avec un appui logistique humain conséquent et une collaboration permanente des villageois pour mieux structurer leur paysage institutionnel et renforcer les compétences locales.

C’est pourquoi les petites communes appellent de tous leurs vœux un accompagnement utile et solidaire dans ses actions à venir, par tous les acteurs du développement et toutes les bonnes volontés soucieuses de lutter contre la pauvreté et pour un développement humain durable.

C’est pourquoi l’association « Un livre pour un enfant » souhaite contribuer à ce programme de restructuration de l’éducation des communes matériellement défavorisées en apportant sa fameuse « pierre » à « l’édifice ».